top of page
Blog: Blog2
  • Photo du rédacteurValérie Gillet

Les gens continuent à se prétendre bilingues alors que leur anglais, c'est de la m...

Dernière mise à jour : 14 févr.



En tant que linguiste, j'ai l'humilité extrême des perfectionnistes des langues. Je ne parle plus un mot de néerlandais depuis des années car j'estime qu'il est devenu trop pourri (alors que ça a été ma première langue étrangère jusqu'à 18 ans). Et surtout, même si mon espagnol actif est meilleur que celui de 90% de mes collègues linguistes francophones, j'estime ma maîtrise nettement plus faible et moins académique que celle de l'anglais et passe ma vie à m'en excuser. Pour la langue de Virginia Woolf, c'est encore pire : l'anglais est mon ami depuis 1992. Je ne suis pas née bilingue, mais je vis en deux langues depuis 25 ans. Pourtant, même si ma pratique active de l'anglais excède largement les prérequis d'une professionnelle des langues, je ne me considère pas comme native et je me garde bien de le prétendre. Tout au plus biactive... Or hier, je suis tombée sur un entretien vidéo d'une vague connaissance qui travaille pour une grande multinationale. Poste à responsabilités où la pratique de l'anglais est essentielle à la bonne communication avec ses équipes. Elle a même vécu un bon bout de temps dans un pays anglophone. Sur son CV, l'anglais est mentionné C2, avec précision de bilinguisme. Eh bien, pardonnez ma franchise, mais son anglais, c'est de la m... Si même on fait fi de son accent francophone à couper au couteau qui empêche littéralement la compréhension, ce qui est hallucinant quand on sait qu'elle a vécu en immersion totale et qu'elle bosse tous les jours dans cette langue, il y a une faute de grammaire ou de conjugaison tous les trois mots. Et pas une petite faute. Des "I didn't went", des "I must to going" et des "I can to do". Bref, cette fille est payée deux fois plus que moi pour diriger des gens au quotidien dans une langue qu'elle ne maîtrise absolument pas. Au-delà du snobisme et du complexe d'infériorité de la linguiste qui demande pardon de ne pas être anglophone à chaque fois qu'elle prononce deux mots quand elle va à Londres, comment peut-on parvenir à un tel poste en mentant éhontément sur ses capacités? Tout simplement parce qu'on ne se rend pas compte qu'on est nul.le, car les gens autour de nous le sont encore plus. Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois. Mais de là à se prétendre bilingue alors qu'on parle anglais comme Louis de Funès dans la Grande Vadrouille, franchement, c'est de la malhonnêteté intellectuelle et professionnelle. Bref, trêve de calomnies, si votre anglais aussi c'est de la m... et que vous vous en rendez compte à la différence de cette dame, je coache aussi les pros des langues et les autres à être plus efficaces dans leur métier et surtout, à ne plus massacrer la langue anglaise à l'oral et à l'écrit. Contactez-moi, je suis gentille dans le fond! 😅

Posts récents

Voir tout
bottom of page